Je ne me souviens pas exactement de quand j’ai entendu parler pour la première fois d’Ayahuasca et de chamanisme… Je pense que c’est sur la page Facebook d’une fille voyageant en Amérique du Sud, lors d’un live réalisé avec une Chamane française résidant au Costa Rica. Je m’étais penchée un petit peu sur les notions évoquées dans cette vidéo : chamanisme, animal totem… Mais sans plus. C’était quelques mois avant mon départ en tour du monde en août 2017…

MES EXPÉRIENCES SPIRITUELLES⎢Le Chamanisme

… En commentaire, j’avais demandé à cette fille si elle avait d’autres contacts de Chamans. Je lui expliquais que j’étais étudiante en médecine, que je partais en voyage autour du monde dans quelques mois et que j’étais intéressée pour rencontrer ces médecins différents, en savoir un plus sur leur façon de voir les choses…

Pose l’intention et si ça doit se faire, tu en rencontreras sur ta route alors.

Voilà à peu près la réponse que j’avais reçue. Une réponse pleine de sens et de justesse. Car plus que jamais en spiritualité, je me suis rendu compte au cours de ces 3 dernières années à quel point les choses arrivent juste au bon moment : lorsqu’on est vraiment prêt.

Les notions, les signes, les méthodes, les personnes viennent à nous, nous appellent, sans qu’on ai à les chercher.

Pour des raisons personnelles, je ne citerai aucun nom ici (ou bien ils seront changés) et je ne donnerai pas de contacts. C’est un choix de ma part… Merci de le respecter.
Je ne vous donne pas tous les détails non plus, car ce qui se passe durant les cérémonies, ce qu’on peut y découvrir ou apprendre sur soi est très personnel.
Je vous partage donc qu’un petit bout de mon expérience, pour vous donner une idée de comment j’ai vécu les choses et de ce qu’il est possible de vivre…mais il est évident que l’expérience sera différente pour chacun d’entre nous. Différente et unique. Car nous avons tous notre propre histoire. Et vous savez quoi ? Tant mieux. C’est ça le plus intéressant.

Parce que le but de mon article n’est pas de vous faire un cours sur ce qu’est le chamanisme, je vous invite à lire par vous-même sur le sujet.
Je vous joins ici un article très clair de Anne-Claire Meret sur le chamanisme. Elle évoque ce qu’est le Chamanisme et parle de sa propre expérience, complètement différente de la mienne.

Quelques lectures à vous conseiller :

  • La chamane blanche de Olga KHARITIDI
  • Journal d’une apprentie chamane et Mon initiation chez les chamanes de Corine SOMBRUN

OCTOBRE 2017 – Mongolie.

Alors que j’en ai plus entendu parler depuis ce fameux live Facebook, le chamanisme fait surface une nouvelle fois dans ma vie. Impossible de passer à côté de ça dans un pays tel que la Mongolie où cette culture du Chamanisme est bien ancrée. Avec mes guides, le soir, dans une famille Tsaatanes, nous regardons à la télévision des compétitions de Chamans. Si je comprends bien, les Chamans essaient de communiquer avec un être disparu depuis plusieurs années pour savoir ce qu’il en est, ce qu’il s’est passé et s’il a des messages à transmettre à sa famille. Tambours, transe… C’est impressionnant. Une autre guide me raconte également que seul un chaman avait pu soigner sa jambe malade. À l’hôpital, on lui avait pourtant dit que l’unique solution, c’était de couper. Beaucoup d’histoires, mais aucune expérience personnelle, malgré l’intention posée. Je vis et expérimente d’autres choses en Mongolie qui n’ont rien à voir avec le Chamanisme.

Ma rencontre avec un Chaman ne se fait pas… C’est que ce n’est pas le moment, tout simplement. Avant d’en arriver là, j’ai encore du chemin à faire, des obstacles à surmonter et des leçons à tirer.

Un voyage inoubliable en Mongolie

NOVEMBRE 2017 – Népal.

Les auberges de jeunesse sont parfaites pour les rencontres. Et même si certaines sont pour le temps de quelques heures ou quelques soirées, elles marquent. C’est le cas de ma rencontre avec Solène. Je discute beaucoup avec elle et c’est très intéressant, car on est animée par les mêmes envies. La naturopathie, la spiritualité, le développement personnel…

Elle me parle d’une fille qui tient une page Facebook, qui a voyagé en Amérique du Sud et qui raconte beaucoup de choses sur ces différents thèmes.
Cette fille c’est la même dont je vous parle au début de mon article. On en vient alors au live et à la Chamane du Costa Rica.

– Mais j’ai passé 1 mois chez cette Chamane au Costa Rica ! me dit alors Solène.

Une étincelle éclate dans mon cerveau. Petite flamme devient soudain grand feu.
Des signes, des signes, des signes…

Il y a quelques mois déjà j’avais eu l’idée de contacter cette Chamane, mais je sentais que ce n’était pas le moment non plus. Cette fois, si. Ma rencontre avec Solène et d’autres circonstances font que c’est exactement le bon moment, maintenant.

En 5 séances Skype de novembre à février, cette Chamane m’ouvre des portes incroyables. C’est une tout autre dimension que je découvre ou plutôt redécouvre. Nous travaillons sur mon inconscient, mes schémas répétitifs autodestructeurs, sur l’abondance… Une avancée énorme dans ma vie. Les lectures qu’elles me proposent m’enrichissent et me donnent soif d’en savoir plus.

Le recul n’est plus possible.

Toutes les substances dont je vous parle sont des plantes ou des mélanges de plantes.
100% naturel.
Rien à voir avec les drogues chimiques.
Ces plantes sont prises dans un contexte de rituel, avec une intention de curation, guérison, compréhension. Elles sont prises avec « respeto, amor y carino ».

Amour, respect et affection.

L’intention n’est absolument pas de se « faire un trip », de planer, de délirer.
Il est vraiment important, lorsqu’on se lance dans ces expériences spirituelles, de prendre ces plantes au cours d’un rituel, d’une cérémonie et de les voir comme des médecines sacrées et puissantes. On ne parle pas d’un jeu ou d’une soirée drogues-alcool.

JUIN 2018 –Pérou.

Après presque 3 mois au Chili, je quitte mon pays de cœur. J’y ai passé 3 mois intenses. 3 mois inoubliables, plein de surprises. J’ai mis le Chamanisme un peu de côté, mais j’ai renoué avec une autre partie de moi : avec mon enfant intérieur, mes envies, mes désirs… Je me suis complètement épanouie. Suite logique de mes séances Skype avec la Chamane du Costa Rica.

L’Amérique du Sud a conquis mon cœur. Je ne me vois plus revenir en France. Ça y est. Comme cette impression de ne pas être née sur le bon continent…
Officiellement, mon tour du monde se termine mi-juillet. Mais les plans ont changé. Je rentrerai bien en France, mais seulement pour 3 semaines, le temps de faire un visa Vacances Travail pour le Chili. En attendant, direction mon dernier pays : le Pérou.
C’est mon dernier mois de « voyage » toute seule. Début juillet, mes frères me rejoignent à Cusco pour deux semaines et nous rentrons ensemble en France.

Que vais-je faire pendant ce mois de voyage ? Des randonnées, ça, c’est sûr. Le Pérou et ses incroyables montagnes est le pays parfait pour cela. Mais il me manque quelque chose. Je termine ce voyage… Et il manque un truc. J’ai appris beaucoup de choses, mais je ne suis pas allée au bout. Je le sens. Très fort. Il y a encore quelques choses que je veux régler.

Enfin… il y a encore beaucoup de choses que je souhaite régler, il y en aura toujours, toute ma vie.

Mais il y a deux points en particulier sur lesquels je veux travailler avant de rentrer.

Pérou… Pérou… Pérou…
Chamanisme…
Cérémonies…

Je repense à mon amie Solène rencontrée au Népal. Je retrouve dans mes notes quelques contacts de Chamans en Amazonie qu’elle m’a donnés. J’envoie un email à un des centres en expliquant ma situation. Réponse négative. Pas de retraites à ce moment-là et sinon, il faut rester 1 mois minimum. J’avais demandé pour 2 semaines.
Je cherche un petit peu sur Facebook, sur les groupes de voyage. Je n’ai pas d’idées précises en tête. Je cherche juste quelque chose en lien avec la médecine locale. Puis je tombe sur un contact.

Un français, D. qui vit à Cusco depuis quelques années et qui organise des cérémonies de Wachuma.

Je fais quelques recherches sur internet.

Surnommé également San Pedro ou « El Abuelito », le grand-père, la Wachuma est un cactus originaire des Andes Péruviennes. Il est utilisé lors de rituels très anciens pour atteindre un état modifié de conscience grâce aux substances psychotropes qu’il contient.

Réveil de nos sens, travail sur l’inconscient…

OK, c’est noté. Je lui envoie un message et on convient d’un RDV sur Cusco pour discuter. Rien ne sert de faire des plans sur la comète. Avant de me lancer dans quelconque cérémonie, je veux le voir, parler avec lui, sentir qui j’ai en face de moi.

Mi-juin, arrive. Mon RDV avec le Français aussi. Le courant passe à merveille. Il m’explique son histoire. Je lui raconte la mienne. C’est donc avec lui que je vais participer à ma première cérémonie de Wachuma. Pas de dates confirmées encore, on attend de voir s’il y a plus de personnes pour former un groupe. J’évoque également le fait qu’en mars, je souhaite revenir au Pérou et prendre vraiment le temps, cette fois. Revenir non pas pour faire du tourisme, mais dans un but un peu plus profond… Je veux m’isoler dans un centre, quelques semaines (mois ?) et me connecter à la médecine de l’Ayahuasca.

Consommée depuis plus de 4000 ans, la boisson Ayahuasca est composée d’écorces et de tiges de différentes lianes avec pour principes actifs des β-carbolines et du DMT.
Les β-carbolines apportées par l’Ayahuasca, la liane (et non la boisson du même nom) permettent, par leur action d’inhibition d’une enzyme présente à l’état naturel chez l’être humain, d’éviter la dégradation de la DMT apportée par les feuilles de la Chacruna (autre plante composante de la boisson Ayahuasca).
L’ingestion d’Ayahuasca est hallucinogène et purgative. Traditionnellement, elle est utilisée pour échanger avec les esprits de la surnature, ouvrir des portes d’une réalité plus grande que celle que nous laissent entrevoir nos sens à l’ordinaire. Elle favorise l’introspection et une meilleure compréhension du monde qui nous entoure et de soi-même.

  • Encore une fois, je vous invite vraiment à lire sur le sujet pour bien comprendre. Rien qu’en commençant par jeter un coup d’œil à Wikipédia, ça vous donnera plus d’informations et de clarté au sujet de cette boisson un peu mystique.
  • Un livre qui m’a particulièrement bouleversé :
    Le serpent cosmique, l’ADN et les origines du savoir de Jeremy NARBY

En évoquant donc cela avec D, il me dit alors :

– Mais tu sais, en attendant mars, tu peux déjà prendre une première fois de l’Ayahuasca. Comme ça, tu entames le processus, le travail. Si tu veux, je connais quelqu’un en qui j’ai entièrement confiance qui réalise des cérémonies d’Ayahuasca.

Il m’explique un petit peu qui est ce Chaman qui ne se dit pas Chaman. Ça ne sent pas le charlatan qui fait de l’Ayahuasca un business pur. S’il le sent, si les conditions s’y prêtent, s’il a la vision… Alors OK. Sinon, non.

À Cusco, les agences de « spiritualité » abondent. Elles proposent des cérémonies à 200$ avec des groupes de 80-100 personnes et un soi-disant Chaman qui te met un CD au début de la cérémonie et s’en va faire sa vie après… Non merci.
D. me rassure. Rien à voir avec tout cela. Ce sera en très petit comité. Le chaman me guidera tout le long et son expérience fait de lui quelqu’un d’extrêmement fiable et compétent.

Je suis convaincue. Deuxième RDV pris. À peine quelques jours plus tard, je me rends avec D. dans les hauteurs de Cusco à la rencontre de ce Chaman.

Ma rencontre avec lui est bouleversante. Comme une impression de retrouver quelqu’un que je n’avais pas vu depuis des années, des siècles peut-être. Comme une impression de retrouver quelqu’un que mon âme connaît d’une ancienne vie. C’est un choc. L’air se charge d’électricité et la connexion est intense.

J’ai encore du mal avec l’Espagnol. Je ne comprends pas tout ce qu’on me dit, surtout que j’ai la sensation que le Chaman utilise des mots un peu mystiques. Mais D. est là pour me traduire l’essentiel et surtout ce qui compte c’est comment je sens les choses… Et je les sens parfaitement bien. Lorsque D. voit que le courant passe à merveille, il nous laisse.

– Profitez-en pour réaliser un râpé ! nous dit-il avant de partir.

Du râpé ? Le Chaman m’explique alors ce que c’est.

Le « rapé » est une poudre composée de tabac principalement et d’autres plantes moulues. Le rapé est soufflé dans les narines par un autre ou par soi-même puis inhalé. Pris au cours d’un rituel, le rapé invoque l’esprit du tabac, purificateur et protecteur. Il aide à accéder à la méditation ou à une transe et provoque une intense relaxation.

MES EXPÉRIENCES SPIRITUELLES⎢Le Râpé

Je me sens en confiance donc c’est parti. Assise en tailleur face au Chaman, j’essaie de comprendre toutes les recommandations. Ne surtout pas respirer par le nez. Bloquer la respiration au moment où il souffle… OK.
J’ai un peu peur parce que c’est totalement nouveau, mais en même temps, je le sens bien.
Il prend alors un petit flacon contenant une poudre marron. Il dépose un peu de cette poudre dans sa main et en verse une partie dans une sorte de pipe (ou plutôt un tube) en bois. Tout en faisant cela, il prononce un tas de paroles incompréhensibles (je comprends seulement à un moment donné qu’il remercie la Pachamama, la Terre Mère, pour sa médecine). Il souffle de chaque côté de mon visage, de chaque côté de son visage et me fait signe de respirer avec la bouche. C’est le moment où je dois oublier que mon nez existe. Après plusieurs respirations, il s’approche de ma narine avec le tube. Je bloque ma respiration, il souffle.
BAM. C’est hyper désagréable. Surprenant aussi. De recevoir cette poudre dans le nez.
Ça descend un peu dans ma gorge. Le goût est horrible, ça brûle.
Je reprends mon souffle, toujours en ne respirant que par la bouche et même processus de l’autre côté.

Mon nez coule. Je me mouche, bois de l’eau, reprends mon calme… Et me connecte avec la médecine.

Tout mon corps est engourdi. Chaleur, fourmillements. J’ai l’impression de tout sentir puissance 10 000. Mon corps, ma peau, mes sens, ce qu’il se passe autour de moi, en moi… Ma respiration est lente, profonde. L’espace temps me paraît d’un coup élargi, comme si tout était au ralenti. Les sons sont différents. Plus lents, plus intenses, plus forts.
Ma tête est lourde, ça tourne. Je me sens dans un état de relaxation profonde. Je continue à me moucher et c’est super agréable, car j’ai vraiment la sensation d’avoir dégagé mes sinus. RESPIRER ! Enfin !
Je me sens 100% dans le présent, là, maintenant. Et surtout, j’ai l’impression qu’en moi, des barrières se cassent.

Avis de la société, peurs, regard des autres… Ciao à tout cela.

J’ai comme la sensation de m’aligner à nouveau avec ce que JE pense et ce que JE veux, moi, mon être, mon âme, mon cœur.
Sans pouvoir l’expliquer physiquement, je sens également que des blocages, des nœuds internes se défont. Des énergies néfastes s’en vont et c’est comme une libération.

Le Chaman continue à parler dans un langage que j’ai dû mal à comprendre. Il souffle, claque des doigts, chasse avec ses mains des énergies, me passe de l’Agua Florida sur le visage… À un moment donné, je sens vraiment ma pression diminuer et je me demande si je ne vais pas tomber dans les pommes. C’est justement l’Agua Florida qui me ramène un peu sur terre.

L’Agua Florida est une eau de Cologne énormément utilisée au Pérou par les Chamans (mais pas que !) lors de rituels, cérémonies pour : purifier, nettoyer les énergies négatives ou stagnantes, protéger… Elle rafraîchit, calme, apaise.

  • Depuis mon voyage au Pérou, j’ai toujours une petite bouteille avec moi. Je m’en sers quand l’énergie est lourde, que je sens que « ça pèse ». Je respire sa fragrance et m’en mets sur les poignets, le cou… Ou avec le Palo Santo pour purifier un endroit par exemple !

Le « plus gros » de l’effet du râpé ne dure pas longtemps (15 minutes peut-être), mais il est puissant. Quand je sors de la maison du Chaman, moins d’une heure après, j’ai l’impression d’avoir passé 6h dans un hammam. Je suis sonnée, fatiguée, mais bien. Incroyablement bien. Oui, je me sens épuisée, mais en même temps complètement éveillée. D’un coup, c’est comme si je voyais, sentais, tout autour de moi et en moi.

Pendant plusieurs jours, cette sensation est présente. Comme une plus grande conscience de tout. De chacun de mes gestes. De toutes ces sensations physiques. Tous mes sens sont en éveils et c’est absolument extraordinaire. Je m’en rends compte le matin en me levant et en passant ma crème sur mon visage. Jamais je n’avais autant senti les choses.

Je crois à présent comprendre ce sentiment de pleine conscience.

Merci à toi, Râpé. Chaque fois que tu entres en moi, l’expérience est positive. Forte, puissante, même si parfois déstabilisante… Tu me fais rire ou pleurer, sentir, tu casses des barrières, libères des énergies, des démons, des choses qui stagnent en moi et qui ne me servent pas. Tu m’ancres à nouveau dans le présent et m’éveilles complètement à moi-même et au monde qui m’entoure. Merci pour l’aide et la pleine conscience que tu m’apportes.

La semaine prochaine, je vous retrouve dans un nouvel article sur mes expériences spirituelles mais cette fois avec la Wachuma et l’Ayahuasca. Ce sera un article encore plus personnel (et peut-être un peu plus tabou!)

D’ici là, si vous avez des questions, n’hésitez surtout pas à me les poser, j’essaierai d’y répondre du mieux que je peux car je peux entendre que c’est un sujet délicat, pas toujours facilement compréhensible. Mais je serai heureuse de vous en apprendre un peu plus et de répondre à vos interrogations.

Et vous ? Avez-vous déjà vécu de telles expériences ?

Si vous souhaitez entrer dans le monde de la spiritualité avec un peu plus de douceur, je vous conseille mon article sur mes rituels pour célébrer la pleine lune et la nouvelle lune en cliquant juste ici.

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article:

  • cactus pérou pour initiation chamanique
  • rapé drogue