QUI SUIS-JE ?

Mais, au fait, qui se cache derrière ce blog ?

Si vous arrivez sur cette page, c’est que vous ne me connaissez pas encore (ou alors si ; vous êtes déjà venus et vous trouvez ma vie tellement intéressante que ce lien est dans vos favoris et dans ce cas… je me poserai un peu des questions).

En réalité, je m’appelle Anya (eh oui… mon père et ma mère n’ont pas voulu m’appeler « partirhautloin » … Quels parents indignes !)

  • 23 ans pour le moment.
  • Blonde vénitienne (châtain en gros)
  • Scorpion de signe astrologique (eh ouais…)
  • 1m58 depuis mes 12 ans…

Ce serait vachement cool de pouvoir vous expliquer qui je suis en un mot.

Le problème, c’est que je n’ai jamais voulu rentrer dans un moule. (Même si j’adore les gâteaux au chocolat, hors de question d’en devenir un !)
Trop serré, étriqué, limité. Du coup, résumer ma vie à un seul truc… ? Peu pour moi.
Je suis animée par un milliard de passions et curieuse de beaucoup trop de choses à la fois.
Impossible de me contenter d’une seule activité ! Un jour musicienne, l’autre backpackeuse…
Un jour étudiante en médecine, en naturopathie, l’autre écrivaine, réalisatrice de vidéos, blogueuse…

J’aime voyager, faire des bracelets, peindre, chanter, danser, contempler, méditer, le bien-être et la spiritualité, lire, le développement personnel, les médecines alternatives, écrire, jouer du violoncelle, du piano, du tambour, sauter comme un enfant, faire du cheval, étudier, faire du cinéma, réaliser des vidéos, la photo, manger et goûter à tout, apprendre sur la magie des pierres et des plantes, parler espagnol, la psychologie, la nature…

On me voit souvent comme une grosse boule d’énergie, complètement fofolle ! Et ce n’est pas faux ! J’aime faire la rigolote, même si parfois il n’y a que moi pour me comprendre. Quand je fais quelque chose que j’aime, je suis une grande passionnée. Toujours à fond, toujours le poing serré, le bras levé, à crier :

ALLEZ, C’EST PARTI !

En fait, je suis multifacette… C’est grave docteur ?

Exploration de grottes à Bornéo

#MUSIQUEMAESTRO

Depuis l’âge de 5 ans, je joue du violoncelle. J’ai aussi fait du piano, du chant… L’école toute la journée ? Je ne connais pas. Je n’avais cours que le matin et mes après-midi, je les passais au conservatoire de Paris.
Récemment j’ai découvert le Pandeiro et même si je ne suis pas régulière dans ma pratique, c’est toujours un plaisir de me reconnecter avec le rythme.

La musique, c’est donc une grosse partie de moi. Forcément… ça m’accompagne depuis que je suis bébé ! Et maintenant que j’ai plus ou moins arrêté de jouer (entre médecine et le voyage, c’était un petit peu compliqué), je me rends compte à quel point le violoncelle est essentiel pour mon équilibre personnel.

#BECREATIVE

Depuis toujours, j’adore tout ce qui touche à la créativité. L’écriture est un de mes passe-temps favoris. Du simple journal de bord aux histoires fantastiques, puis dramatiques, je peux vous dire que j’en ai écrit des pages ! J’adore aussi lire et le cinéma. J’ai eu la chance de jouer dans une publicité et dans un téléfilm, alors depuis, je m’amuse à faire des vidéos que je crée de A à Z.

D’ailleurs, ma première « vraie » vidéo c’était pour le lycée. Elle portait sur les risques de la cigarette sur notre santé. Je m’étais inspirée de la série phénomène « BREF » et j’ai vraiment adoré faire ça ! Bon. J’ai passé toutes mes vacances au ski à faire du montage, mais je me suis réellement éclatée.

D’où aujourd’hui, la chaîne YouTube, les photos, mes récits de voyage sur Facebook et Instagram et ce blog Partir Haut Loin.

#BOUGETESFESSES

La natation, c’est mon autre kiff. Je nage depuis que j’ai 3 ans et j’ai atteint un bon niveau malgré mes débuts difficiles. (Merci à Lucette, l’entraîneuse qui m’a traumatisé avec sa perche). Jusqu’à 13 ans, mes soirs étaient pris par les entraînements et mes dimanches par les compétitions.

Après j’ai dû faire faire un choix. Musique ou sport ?
Ça aura été la musique.

J’aime aussi l’équitation, la danse, la boxe, le rugby et tout ce qui touche aux sensations extrêmes : canyoning, escalade, parapente… J’ai encore 1 milliard de choses à tester et je suis toujours partante pour essayer un nouveau truc un peu fou !

Une première en parapente au Chili

Ah oui et … Si vous me suivez sur mes autres réseaux sociaux, ce n’est plus un secret : j’adore marcher ! Si, si ! Marcher, c’est un sport. D’autant plus lorsqu’on le fait pendant des jours, en pleine montagne et avec un gros sac à dos.

Je vous avoue qu’au début (en gros entre mes 5 ans et mes 18 ans) la randonnée, ce n’était pas facile avec un père et deux frères qui marchent à la vitesse-lumière. Je me sentais à la traîne et je trouvais ça trop fatigant. J’étais toujours la dernière… parfois loin derrière à tirer une tronche de 3 mètres de long.


Et pourtant aujourd’hui, je ne m’imagine pas ne plus faire de randonnée. Je pense même que c’est ce que je préfère. Qui l’aurait cru ?

Bien sûr, je ne vous dis pas que j’vous monte des montagnes en sautillant « Allez Loulou, hop hop, et qu’ça saute!».
Non, non. J’en bave toujours autant… mais il faut croire que j’adore ça.

#MEDECINEETSPIRITUALITE

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu être médecin. D’abord quand j’étais petite, c’était la pédiatrie qui m’intéressait. À présent, je suis attirée par les urgences, la réanimation et la médecine humanitaire. Mais entre ce que l’on veut et la réalité, il y a parfois un monde… Études qui mènent souvent au burn-out, système de santé qui s’écroule, prise en charge trop rapide et déshumanisée des patients… Dès le début de mes études, je me suis confrontée à une partie de la médecine traditionnelle qui me dérange.

À côté, les livres de développement personnel et de psychologie positive ont vite trouvé leur place dans ma bibliothèque. Et tout naturellement, je me suis plongée depuis plusieurs années dans les médecines alternatives, holistiques, la spiritualité et le bien-être. Une médecine dont l’approche plus globale de la personne me correspond mieux et s’aligne plus à mes valeurs.

En septembre 2018, j’ai commencé donc à me former à la naturopathie avec une école française et je continue d’apprendre tous les jours au sujet du bien-être, du développement personnel, de la spiritualité et des médecines parallèles grâce à mes lectures, mon voyage, mes différences expériences spirituelles (chamanisme, cérémonies d’ayahuasca…) et mes rencontres enrichissantes.

#VOYAGES

Déjà petite (je veux dire… vraiment plus petite), je rêvais devant les documentaires d’Arte et de RMC découvertes que mon Papa regardait à la télévision. Je jetais un coup d’œil aux paysages, écoutais le chant d’autres cultures… Je m’asseyais sur le canapé et regardais défiler les images du monde, toutes plus belles les unes que les autres. Fascinée, la bouche grande ouverte, les yeux expulsés de leurs orbites, je n’avais qu’une seule phrase en tête : « Waouh c’est tellement beau. Je rêverais de voir ça en vrai. »

Et puis oui, j’ai eu la chance de pouvoir beaucoup vadrouiller étant enfant. Mes parents adoraient les voyages et même s’ils n’avaient pas les moyens de partir aux Seychelles, ils ont toujours réussi à se débrouiller pour nous faire découvrir à mes frères et moi ce qui nous entoure.

Des petits bouts d’Allemagne, de Pologne, d’Espagne, de Slovaquie, d’Italie, de Belgique, de Pays-Bas, de Grande-Bretagne, de Canada (puis la France, faut pas l’oublier celle-ci quand même !) ont fait de moi la baroudeuse que je suis aujourd’hui.

Une fois ma majorité atteinte, j’ai continué sans mes parents à parcourir la France, mais aussi une partie de l’Islande. J’ai arpenté les routes de l’Écosse en voiture et nagé avec les tortues à l’île Maurice.

En mai 2015, je suis partie seule sur le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pour finir au Portugal à Porto. 1000 km de marche pendant 1 mois.
Un voyage décisif, un tournant dans ma vie. C’est en revenant de ce périple inoubliable que j’ai dit STOP. Stop à mon rêve de vouloir partir faire le tour du monde. Stop à mes perpétuelles plaintes « pfff, je veux partir… Je veux partir loin ».
J’ai dit STOP et je me suis lancée.

Mes 100 derniers kilomètres sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle

Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle: un voyage pas comme les autres

Comment ? Un matin, je suis arrivée à la fac, je suis montée jusqu’à la bibliothèque et je n’ai pas pu franchir la porte. Là j’ai compris que le compte à rebours avant mon départ venait de s’enclencher.

Papa, Maman ; oui, je viens de terminer ma 2e année de médecine et j’ai un avenir tout tracé, c’est super ! Mais en fait non, je vais plutôt faire une pause.

Une pause, une année de césure, un break, une année sabbatique … Peu importe le nom qu’on met sur les choses qu’on réalise en fait. Ce qui compte, c’est l’action !

Bref. Imaginez votre enfant vous dire ça… Votre enfant sur qui vous aviez mis toutes vos chances pour qu’enfin, vous puissiez avoir des arrêts de travail et des médocs à volonté…

Le drame. Pour mes parents, j’arrêtais définitivement médecine et en plus j’allais me faire kidnapper à l’autre bout du monde.

Je ne vous raconte même pas la tête qu’ils ont fait…
Ils ont eu du mal à digérer la nouvelle, mais ils se sont vite rendus à l’évidence : à vouloir voyager tout le temps avec leurs enfants, ils ne devaient pas s’étonner qu’après, nous n’avions plus envie d’arrêter !

Et puis j’avais ce rêve qui me prenait aux tripes, je n’allais quand même pas le regarder passer, non ?

#TOURDUMONDE

Alors voilà, j’ai bossé à côté de mes études, j’ai économisé (ne cherchez pas le miracle) et je suis partie.

Toute seule, comme une grande, avec mon sac à dos, ma tente, mon matelas et ma popote.
D’abord 6 mois, d’août 2017 à février 2018 : en Malaisie, à Bornéo, à Pékin en Chine, en Mongolie, au Népal, en Inde, à Singapour et au Vanuatu.

Un voyage intense en Inde

Les rituels du Népal

Puis je suis rentrée en France le temps d’un mois. Le temps de souffler. Le temps de reposer mes joues qui s’étaient prises beaucoup de claques durant cette première partie de voyage. Mauvaises rencontres, mauvaises expériences… Ça a été dur. Mais extrêmement formateur et si c’était à refaire, je referais tout pareil. Évidemment en 6 mois, il n’y a pas eu que du négatif. Au contraire, aujourd’hui seul du positif en ressort. À la découverte de nouvelles cultures, s’est ajoutée l’expérience de voyager seule, en Asie, en sac à dos. Et puis j’ai rencontré mon pays coup de cœur : la Mongolie. Rien que pour ça, je dis merci.

Ma famille d’accueil en Mongolie

En mars 2018 je suis repartie. Au revoir Paris. Bonjour le Chili, bonjour le Pérou. Je suis tombée amoureuse de l’Amérique du Sud. Je me suis demandée si je n’étais pas née dans le mauvais continent et évidemment, je ne me voyais plus vraiment rentrer en Europe.

S’émerveiller dans le désert d’Atacama au Chili

Épanouie face au Machu Picchu

La France m’a rappelé en juillet seulement pour 3 semaines : faire un coucou à ma famille et passer quelques heures à l’ambassade du Chili à Paris.

En août 2018 je me suis retrouvée à nouveau dans l’avion pour le Chili avec un visa d’un an cette fois-ci et la magnifique sensation que je revenais à la maison.
J’ai élu domicile à Valparaiso, ma ville d’amour, jusqu’en novembre. J’ai repris une routine, travaillé dans un restaurant, commencé ma formation en naturopathie. J’ai fait la fête, j’ai rêvé, étudié, trainé avec mes copains du bout du monde, j’ai aimé…

Et le voyage m’a refait de l’œil. En novembre, je suis partie 1 mois à la découverte de la Bolivie. Puis j’ai retrouvé mes marques à Cusco au Pérou pour deux semaines et mi-décembre je me suis envolée au Brésil où je suis encore actuellement.

Parfois touristique, parfois plus initiatique, mon voyage est la plus belle chose que je me sois offerte.

Découverte du monde, de l’autre… mais également de moi-même ! Je me suis confrontée à tout un tas de nouvelles expériences, apprentissages et à ma petite voix intérieure. Vous savez, cette petite voix qu’on n’écoute presque jamais quand on est pris dans le tumulte de notre vie parisienne et qui pourtant sait parfaitement bien ce qui est juste ou non.

Réveiller son enfant intérieur sur le Salar d’Uyuni en Bolivie

Aujourd’hui, si je regarde la Anya que j’étais il y a un an et demi avant de partir, j’ai dû mal à en croire mes yeux. J’ai grandi et je n’aurais pas imaginé 1 millième de tout ce que j’ai vécu.

Je suis partie en disant que je voulais découvrir de nouvelles cultures… mais en fait, c’est tellement plus que ça. Tellement, tellement plus.

 

ENCORE UN AUTRE BLOG VOYAGE ?

Eh bien oui ! Que voulez-vous !
Un blog voyage… mais pas que ! Ça parle aussi bien-être, développement personnel et spiritualité par ici ! Le voyage dans un sens un peu plus large !

Plus sérieusement…
Quand mon projet de voyage autour du monde a commencé à devenir de plus en plus concret dans mon esprit, j’ai créée ma page Partir Haut Loin sur Facebook, je me suis lancée sur YouTube et Instagram. Au fil de mes découvertes, je vous ai emmené avec moi pendant 1 an et demi jusqu’à maintenant au Brésil, à travers mes vidéos, mes textes et mes photos…

Parfois très présente sur les réseaux sociaux, parfois moins… Le partage reste à mes yeux une notion essentielle. Je le trouve à la fois créateur de fabuleuses ondes, gratifiant et puissant. Vous raconter mes aventures, mes péripéties, mes galères, mes réflexions, mes rencontres, les coulisses de mon tour du monde est quelque chose qui me fait vibrer. Plus que raconter, c’est en fait échanger, partager avec vous autour du voyage (qu’il soit touristique ou plus intérieur) que j’aime et qui m’anime au quotidien.

Découverte culinaire dans un village de montagne au Népal

Pendant toutes mes années de lycée, suivre des voyageurs durant leur tour du monde, grâce à leur blog, m’a permis de m’évader et de rêver derrière mon écran quand mon esprit se voilait de noir, quand les mauvaises pensées prenaient les devants, quand je ne trouvais plus aucun but à me lever le matin.
Cela m’a aidé, dans mes plus grands moments de difficultés, à tenir bon puis, plus tard, à me réveiller, car je me suis alors dit :

D’accord, c’est possible. Tout est possible si je m’en donne les moyens. Je le veux alors je le ferai. Et ce sera pareil pour tous mes autres projets.

Peut-être que sans les blogs de ces voyageurs partis faire le tour du monde, l’idée que j’en étais aussi capable ne m’aurait jamais traversé l’esprit. Et peut-être que sans tous ces blogs sur le bien-être, le naturel, les médecines alternatives, la spiritualité, je ne me serais jamais entrouverte à ces nouvelles façons de penser !

Sous ma tente au Pérou… parfaitement à ma place

Je connais tellement de personnes qui rêvent de changer d’études, monter leur business, voyager, vivre une vie qui n’est absolument pas la leur.
Combien de :
« Je n’aime pas ce que je fais. »
« Je ne sais pas ce que je fais là. » ?
Toutes ces personnes qui ne se sentent pas à leur place, qui subissent un peu leur vie, avec regret, sans jamais vraiment se bouger pour améliorer quoi que ce soit… Par peur, par manque de motivation, par découragement… À cause du regard de leur famille, amis, de la société.
Parce que « c’est fou » ; « c’est de la folie », parce que « je ne peux pas faire ça voyons ! »
Parce que « je suis né dans la mauvaise banlieue », parce que « je n’ai pas eu les bons parents » … parce que « je n’ai pas les moyens » !
Combien de personnes qui me disent « Oh, mais quelle chance tu as ! J’aurais rêvé partir en voyage aussi… » ?

Pourquoi ? Pourquoi sommes-nous autant dans ce cas là ? N’est-il pas temps de se réveiller ? Et surtout, de s’aligner avec soi-même et avec ses aspirations profondes ?

En septembre 2015, quand j’ai commencé ma 2e année de médecine, je ne pensais pas qu’au bout de 3 mois, j’annoncerai à mes parents que j’allais faire une pause dans le but d’économiser et de partir à l’autre bout du monde. Je ne pensais pas que les choses allaient se faire aussi vite ! Et que ça allait être aussi simple !

En fait, le plus dur avait été fait : prendre la décision de vivre mon rêve et non de rêver ma vie.

Alors voilà le but de ce blog :

  • Vous inspirer.
  • Vous donner envie de réaliser votre rêve à votre tour (qu’il soit de tout plaquer pour aller élever des lamas au Pérou ou d’acheter un appartement de luxe à Dubaï).
  • Vous faire voyager.
  • Vous faire découvrir de nouveaux endroits, ou vous montrer ce que vous avez déjà vu 10 fois sur internet, mais peut-être avec un regard différent.
  • Vous ouvrir de nouvelles portes.
  • Vous donner quelques idées, un déclic, l’envie d’aller voir ailleurs, d’étendre le champ des possibilités ou tout simplement le sourire.

Vous montrer, au travers de ma propre histoire, que malgré une adolescence difficile et un début chaotique dans ma vie de jeune adulte, rien n’est encore écrit, tout est encore jouable.

Je ne prétends pas détenir la vérité absolue. Loin de là. La seule vérité que je connaisse est la mienne, celle que je me suis créée, celle que je continue de développer chaque jour. Et ici, c’est ma vérité que je décide de vous partager. Avec beaucoup de transparence, d’amour et de sincérité. Elle peut vous plaire, vous aider ou non. Et le meilleur dans tout ça, c’est que vous avez le choix ! Choix de rester, d’aimer, de lire, de participer, de partir…

Premières larmes d’émotions sur la Muraille de Chine

Je pense simplement et très sincèrement que l’on peut tous apporter un tout petit quelque chose sur cette Terre. Une graine, qui pourrait germer et faire de jolies fleurs.
Si grâce à ce blog, je peux donner un déclic à une personne… Oui, une unique personne ! alors je ne laisserai pas tomber. Et si grâce à ce blog, vous aussi, vous pouvez me partager vos propres expériences, c’est encore mieux ! Quoi de plus beau qu’une communauté dans laquelle chacun se tire vers le haut et dans laquelle on apprend des uns et des autres.

Fixe-toi un but ; un objectif et donne tout pour y arriver ! Fonce ! Mais petit pas par petit pas ! Et quoi que les autres en pensent ! Fais de tes rêves, une réalité.

En espérant vous apporter ce que vous êtes venus chercher ici !

Anya

6 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge