Parce qu’un trek en montagne, ça s’organise un minimum, je me suis dit que j’allais vous compiler tous les petits « tips » dont je me souviens et que j’ai récolté pour qu’à votre tour vous puissiez réaliser le trek des 3 cols au Népal sans trop de pépins.

S’il y a bien une chose dont il faut se souvenir, c’est que la montagne est, certes, un milieu incroyable, majestueux et magnifique, mais la montagne est aussi un milieu hostile. Et après tout ce que j’ai pu vivre sur ce trek des 3 hauts cols, dorénavant, je sais qu’il faut absolument prévoir toutes les situations possibles et inimaginables lorsqu’on part faire une longue randonnée.

Chaque expérience fait grandir. Alors même si ce trek a été vraiment difficile pour moi, j’en ressors changée et je sais, surtout, que j’ai encore un tout petit peu plus de connaissances dans le milieu de la montagne.

Allez, c’est parti ! Conseils pratiques, budget, équipement… À la fin de cet article, vous vous sentirez déjà un peu plus prêt à enfiler vos chaussures de randonnée !

NÉPAL, TREK DES 3 HAUTS COLS⎥EN PRATIQUE

Cette randonnée incroyable au Népal, permet d’atteindre le fameux camp de base de l’Everest, non pas par le chemin classique, mais par les 3 hauts cols : le col de Renjo La (5360m), le col de Cho La (5420m) et le col de Kongma La (5535m). Au programme : vues exceptionnelles, rencontre avec l’Everest et dépassement de soi.

⎥S’Y RENDRE

En avion depuis Katmandou jusqu’à Lukla : 170 € l’aller – retour

Plus vous réservez en avance votre vol et plus vous avez de la place dans un vol tôt le matin. Idéalement, il faudrait avoir le 1er ou le 2e vol de la journée afin d’avoir plus de chance de partir. Très rapidement, dans la matinée, les nuages arrivent, le temps se couvre et les vols sont annulés.
Ce sont les agences avec qui vous passez qui vous réservent votre vol ou le guide que vous engagez. Chaque vol est réservé non pas directement auprès de la compagnie aérienne, mais auprès d’une seconde agence qui s’occupe d’acheter le billet d’avion à votre place.
Malheureusement, toutes les agences ne se valent pas. Insistez auprès des personnes qui s’occupent de réserver votre billet d’avion pour partir à la 1re heure.

Autres options pour se rendre à Lukla

En Jeep : jusqu’à Jiri puis 2/3 jours de marche pour atteindre Lukla. Environ 700 Roupies Népalaises.
En hélicoptère : 500 US$ par personne.

Bon à savoir 

Quand il n’y a pas beaucoup de vols annulés, il est possible de négocier sa place d’hélicoptère à 300 US$. Pour ma part, en étant avec mon guide népalais, j’ai payé 400 US$ pour nous deux. Mais ce fut une dure négociation.

▶︎ Où trouver les compagnies d’hélicoptères : à l’intérieur de l’aéroport (vols internes), après les guichets des vols en direction de Lukla.

▶︎ Se rentre à l’aéroport : en taxi depuis Thamel, 500 Rs

⎥DANS QUEL SENS FAIRE LE TREK

Puisque le trek des 3 hauts cols forme une boucle, on peut le réaliser dans le sens des aiguilles d’une montre ainsi que dans le sens inverse.

▪︎ Dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, le trek est plus difficile, les montées bien plus raides (mais apparemment le paysage est plus beau, même si, à mon avis, dans le sens des aiguilles d’une montre, il suffit de se retourner pour faire face aux mêmes paysages.)
En plus de cela, j’ai pu voir quelques différences au moment où je réalisais mon trek :
Dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, il y avait :
Bien moins de monde.
J’ai quasiment croisé que des randonneurs avec porteurs et guides.

▪︎ Dans le sens des aiguilles d’une montre, au contraire, il y avait plus de randonneurs en autonomie.

TREK AU NÉPAL⎢LES PRIX

Tous les prix sont, bien sûr, une approximation. Ils changent en fonction des lodges et de l’altitude.

  • Pour recharger son téléphone portable : de 300 Rs à 750 Rs
  • 2 Go de Wifi : 500 Rs
  • Petit-déjeuner : entre 400 et 700 Rs
  • Déjeuner et dîner : entre 500 et 900 Rs
  • Prix d’une chambre privée avec 2 lits (la seule option) : entre 300 et 600 RS

⎥BUDGET MOYEN / JOUR (NOURRITURE + LOGEMENT)

‣ 20 US$/jour

En prenant seulement de temps en temps du thé au cours du trek (ou toute autre boisson), en se limitant pour les repas et en rechargeant quelques fois son téléphone.
Comptez plutôt 30 US$ minimum pour vivre ce trek avec un peu plus de confort (wifi/charge de téléphone) et manger plus à votre faim (ce qui est assez nécessaire après tant d’efforts.)
Bon à savoir : avec 20 US$/jour, j’avais vraiment l’impression de me priver souvent.

Les coûts supplémentaires

Permis TIMS : 2000 Rs
Droit d’entrée au parc national : 3400 Rs

TREK DES 3 HAUTS COLS⎢GUIDE OU PAS GUIDE ?

Selon moi, il est judicieux d’avoir recours à un guide pour le trek des 3 hauts cols au Népal. Ce trek est bien moins fréquenté que le circuit classique pour aller au camp de base de l’Everest ou que les randonnées autour de l’Annapurna.
Par exemple, certaines journées, je ne croisais pas un seul randonneur.
Il est difficile parfois de trouver son chemin et ce n’est pas forcément bien balisé.
Les passages des cols et les traversées de glaciers peuvent s’avérer compliqués selon la météo.

Bien sûr, vous pouvez toujours réaliser ce trek en autonomie.
Seul petit conseil : faire son trek en autonomie ne veut pas dire être en solitaire toute la journée. Il est vraiment déconseillé de marcher complètement seul en montagne. Trouvez-vous, en cours de route, des compagnons de voyage.

Chaque année, au Népal, il y a de nombreuses personnes portées disparues en montagne et jamais retrouvées.

⎢Et un porteur ? C’est obligé ?

Encore une fois, non, absolument pas. Le trek est faisable avec son sac. Une petite remarque, néanmoins : en fonction des conditions météo, avoir son sac peut-être plus ou moins difficile.

Pour ma part, afin d’atteindre le col de Cho La, j’ai laissé mon sac à un porteur. Je voulais soulager mon épaule douloureuse et j’ai bien fait de ne pas avoir mon sac pour cette ascension, vu le terrain très technique que j’ai dû affronter.
Pour avoir plus de détails sur cette journée et sur les conditions que j’ai eues, je vous invite à cliquer juste ici.

Sachez qu’en cours de route, vous pourrez trouver des porteurs dans les lodges, les propriétaires du lodge s’occupant de tout.

GUIDE AU NÉPAL⎢LES PRIX

Les prix lorsqu’on fait appel à un guide peuvent varier selon si vous passez par une agence (et selon les agences) ou pas.
Au niveau des agences, j’ai pu entendre de la bouche d’autres voyageurs, un peu tous les prix.

⎢AVEC AGENCE

Coût du trek, tout compris (nourriture/logement/guide/porteur/billets d’avion) : à partir de 1200 €.
Sachez que vous pouvez réserver directement votre trek en arrivant à Katmandou, cela vous reviendra souvent bien moins cher que de tout faire sur internet depuis la France.

⎢SANS AGENCE

Pour mon guide: 20 US$/jour.

Durant le trek, je n’avais pas à payer sa nourriture et son logement. En effet, la nourriture et le lit sont gratuits pour lui, en tant que guide, lorsqu’il arrive dans les lodges.

Billet d’avion de mon guide : 70 US$ aller-retour
Eh oui, si vous engagez un guide sans passer par une agence, vous devrez payer ses déplacements.
Par exemple, pour vous rendre à l’aéroport, c’est vous qui devrez payer le taxi.

⎢PRIX POUR UN PORTEUR

▪︎ Le prix moyen est de 15 US$/jour en passant par une agence.
Pour ma part, lorsqu’arrivée à Dragnag, juste avant le col de Cho La, j’ai demandé au propriétaire du lodge combien il fallait payer le porteur qu’il proposait, le prix était de 7000 Rs, ce qui est excessivement cher, je trouve.
J’ai donc négocié avec le guide de mon amie Laurène et j’ai finalement donné 20 US$ à son propre porteur à la fin de la journée.

Avant de signer quoi que ce soit, mettez-vous bien d’accord avec votre guide sur tous les points et notamment sur les conditions de remboursements.
Pour ma part, on avait convenu que si je devais arrêter le trek pour une raison physique (mal de l’altitude, fracture, entorse…), le guide devait me rembourser les jours non travaillés.
Si, par contre, je décidais de quitter le trek pour une autre raison (par exemple, juste parce que j’en avais marre), le guide ne me remboursait pas.

Après ma mauvaise expérience, j’ajouterai qu’il pourrait être judicieux de ne pas payer toute la somme dès le début. Peut-être, voyez avec votre guide pour lui donner une partie de son salaire avant le trek, au milieu puis à la fin.

Petite précision : j’ai commencé à payer mon guide à partir du moment où on a pris l’avion. Je ne l’ai pas payé pour les deux journées d’avant qu’on a passées à attendre. À vous de voir ce que vous voulez faire.

TREK AU NÉPAL⎢MES PETITS CONSEILS EN VRAC

⎢SAVOIR DIRE NON

Les guides et les porteurs ont leur propre chambre et leurs propres repas gratuits. Ne les laissez pas dormir dans votre chambre, s’ils vous demandent ! Sauf si, bien entendu, vous le souhaitez… Ça, ça ne regarde que vous !

⎢LE MAL DE L’ALTITUDE

Attention, renseignez-vous bien sur ce que c’est que le mal de l’altitude ! Je ne vais pas vous faire un article dessus, il y en a déjà bien assez, mais prenez le temps de lire sur le sujet, sans en tomber dans la paranoïa, bien sûr. Au besoin, demandez conseil à votre médecin.

Je n’ai pas vraiment souffert du mal de l’altitude si ce n’est à la toute fin, où j’ai commencé à ressentir des symptômes. Avant cela, je suis montée plusieurs fois à plus de 5000 m d’altitude sans maux de tête ni de nausées ni autres gros symptômes.
Par contre, la fatigue peut beaucoup jouer sur le mal de l’altitude.
J’ai l’habitude de marcher vite et sur ce trek, j’ai marché trop vite. Je n’ai pas pris le temps, je me suis épuisée et ça a joué sur le fait, qu’à la fin, j’étais juste à bout.
Je n’ai pas pris de DIAMOX, le médicament utilisé contre le mal de l’altitude. À mon goût, les effets secondaires sont trop gênants.
Mon sommeil a également été altéré. Je me suis souvent réveillée en suffoquant pendant la nuit, et lorsque les coussins n’étaient pas assez surélevés, il était difficile de respirer.
Bien sûr, lorsqu’on marche à plus de 3800 m, on est très vite essoufflé et bien plus que d’habitude. Ne vous inquiétez pas, c’est juste normal.

En bref : ne courez pas, profitez du moment, allez-y tranquillement, acceptez vos capacités physiques, écoutez-vous… et renseignez-vous. Ça devrait bien aller !

⎢LES CONDITIONS MÉTÉO

Si vous arrivez à Katmandou et que vous parlez à d’autres voyageurs ayant réalisé un trek avant vous, vous entendrez souvent qu’il fait froid, pendant la randonnée.
Écoutez-les parce que oui, il fera très, très froid.

Concernant le trek des 3 hauts cols, on m’a dit qu’il ferait la journée entre 5 et 10 ° C. Une température à laquelle j’avais déjà marché plusieurs fois et que je trouvais correcte.
Sauf qu’en fait, au moment où j’ai réalisé mon trek, la journée, il faisait plutôt -10 ° C. Et là, je peux vous dire que c’est un peu le choc. Pourtant, la semaine passée, certaines filles pouvaient marcher en short au début du trek !
Soyez prêts à toutes situations possibles. C’est la montagne. Le temps change très vite et souvent. Équipez-vous correctement pour le froid. Il vaut mieux avoir trop chaud et enlever des couches qu’avoir trop froid et ne pouvoir rien faire de plus.
Sachez aussi qu’en arrivant dans les lodges, il ne fera pas (mais absolument pas !) plus chaud. Souvent, les lodges sont vieux, mal isolés, très peu éclairés par la lumière naturelle… Ça en fait des sortes de caveaux où l’on tremble toute la journée. Les poêles sont allumés seulement lorsque la nuit tombe et souvent ils ne chauffent pas grand-chose (et t’empêchent juste de respirer normalement à cause de la fumée qu’ils dégagent.)
Alors, prévoyez un bon sac de couchage dans lequel vous pouvez vous réfugier l’après-midi, lorsque vous arrivez dans votre lodge après plusieurs heures de marche.

⎢TREK ET SANTÉ

Tomber malade en trek, ce n’est pas terrible. Contre cela, deux conseils : filtrez votre eau (attention, la plupart des filtres ne fonctionnent plus s’ils gèlent, dans ce cas, utilisez vos pastilles purifiantes) /évitez la viande qui souvent n’est pas très fraîche (il faut bien la monter, cette viande !)

Essayez d’acheter tout le nécessaire à Katmandou. Par exemple, apportez avec vous votre papier toilette. En altitude, le papier toilette devient très, très cher. De même pour les petits snacks qu’on veut grignoter au cours de la journée de marche.

Ah oui, dernière chose ! La douche est payante et chère et ne vous attendez pas à avoir de l’eau chaude… Alors du coup, je n’ai pas testé ! (Eh oui…!)

TREK AU NÉPAL ⎢ÉQUIPEMENT, MATÉRIEL

Faire son sac, c’est toujours compliqué. Il faut bien penser à l’essentiel et aussi ne pas oublier que tout ce que l’on emmène, on va le porter sur son petit dos. À cela s’ajoutent les conditions météo qui changent tout le poids. Eh oui, préparer son sac pour aller à la plage et pour faire une randonnée de plusieurs jours, ce n’est pas la même chose !

Je reviens ici sur le matériel que j’ai pris avec moi. Le contenu de mon sac n’est pas parfait. J’apprends encore et je sais que pour ma prochaine randonnée, il sera un peu meilleur. Bien sûr, il y a aussi un côté personnel à ce qu’on emporte pour 5 jours, 10 jours ou 18 jours de marche. À vous de trouver, par la suite, ce qui vous convient le mieux.

⎢POUR LE HAUT

  • 2 T-shirt manches courtes en mérinos respirants et qui ne gardent pas les odeurs.
  • 1 T-shirt manches longues en mérinos chaud
  • Polaire
  • Veste technique chaude faisant office de 3e couche
  • Veste gore tex

Il faisait tellement froid, qu’à part le 1er jour, je n’ai jamais utilisé mes T-shirts à manches courtes. Peut-être que si je refais une randonnée où je passe beaucoup de temps à plus de 4000 m d’altitude, je ne prendrais qu’un T-shirt à manches courtes.
J’ai aussi laissé ma fine veste en mérinos à Katmandou. Ce n’était pas infaisable sans, mais je l’ai souvent regretté lorsqu’on marchait de nuit ou en arrivant aux lodges.

Depuis que je suis revenue du trek, je me suis achetée une doudoune légère en plus. Je suis de nature frileuse et je souffre du syndrome de Raynaud. Je préfère donc prévenir… Que mourir !

⎢POUR LE BAS

  • Sous vêtements
  • 1 legging en mérinos chaud
  • 1 pantalon de randonnée coupe-vent
  • 3 paires de chaussettes (1 pour la nuit, 2 à échanger chaque jour)
  • 1 paire de chaussures de randonnée hautes
  • 1 paire de tongs

De ce côté-là, c’était parfait. Les 3 paires de chaussettes, je les ai bien rentabilisées, surtout que, utilisant beaucoup de Compeed, elles ont tendance à vite s’abîmer. Vous savez, souvent le Compeed se colle à la chaussette et là, c’est mission quasi impossible pour l’enlever.
Pour les tongs, il faisait trop froid pour marcher avec pieds nus. Du coup je portais mes tongs avec mes chaussettes quand je passais de ma chambre au salon. Toujours mieux que de renfiler ses chaussures de randonnée et que des sandales avec lesquelles on a l’air un peu moins bête, certes, mais qui sont plus lourdes.

⎢LES ACCESSOIRES

  • Des sous-gants fins en mérinos
  • Un bonnet
  • Une casquette
  • Un col pour protéger son cou
  • Un couteau
  • Une lampe frontale, indispensable pour commencer sa journée de marche lorsque le soleil n’est pas encore levé.
  • 1 paire de bâtons de randonnée, un choix de ma part dont je ne pourrais me passer.
  • 1 petit sac pliable (pour les treks d’acclimations à la journée)
  • Lunettes de soleil, parce qu’à 5000 m d’altitude, on est encore plus proche de ses puissants rayons.
  • Couverture de survie, toujours avec moi.
  • Carnet et stylo, pour s’occuper l’après-midi au refuge.
  • Sac de couchage confort -15 °C, c’est la température minimale à avoir. La nuit, il fait entre -15 et -20°C et c’est très difficile de s’endormir lorsqu’on tremble de froid.
  • Paille filtrante
  • Poche à eau, un accessoire que j’adore et qui me permet de boire un peu tout le temps. Seul petit hic, l’eau a gelé dans mon tube lorsqu’il a fait trop froid. Et là, tu es un peu coincée.
  • Une serviette microfibre

Comme je disais plus haut, attention, les filtres ne marchent plus dès qu’ils sont gelés. Ma paille filtrante s’était retrouvée à moins de zéro degré en Mongolie et j’ai continué à l’utiliser… J’ai souvent été malade. Je n’ai su qu’après qu’en fait, elle ne fonctionnait plus.

Les gants sont absolument indispensables. Après ce qu’il m’est arrivé au col de Cho La, je ne négligerai plus jamais cet accessoire. Alors, ça a un coût, de vrais bons gros gants. Mais clairement, mes sous-gants ont mérinos n’ont pas suffi et même les bons gants de Décathlon de ma copine Laurène n’étaient pas assez chaud. Le froid passe en 1er par les mains, et avoir de mauvais gants peut vraiment ruiner votre trek comme ça l’a fait pour le mien.

⎢TROUSSE DE TOILETTE / TROUSSE À PHARMACIE

  • Un mini-shampoing
  • Une crème hydratante
  • Crème solaire
  • Pince à épiler
  • Coupe-ongle
  • Baume du tigre
  • Crème Nok, pour éviter les ampoules au niveau des pieds.
  • Déodorant
  • Baume à lèvre
  • Brosse à dents et dentifrice
  • Paracétamol
  • Anti-inflammatoire (patch et cachets)
  • Compresse (et ciseaux)
  • Désinfectant
  • Pansements + compeed
  • Anti diarrhéique
  • Anti nauséeux
  • Huile essentielle de menthe poivrée, parfaite pour les maux de tête.
  • Papier toilette et mouchoirs
  • Élastiques
  • Mes médicaments pour l’asthme
  • Ma pilule contraceptive
  • Gel désinfectant pour les mains
  • Pastilles purificatrices
  • Attelle pour mon genou gauche

Une trousse de toilette et à pharmacie encore bien trop remplie. D’habitude, j’utilise toutes mes compresses, tous mes pansements et tous mes anti-inflammatoires… Cette fois, j’ai eu de la chance ! Que quelques ampoules pas trop gênantes. Pas de problème de genou…

Au final, je n’ai pas utilisé la crème Nok donc je ne la prends plus avec moi à présent. De même pour la crème hydratante. J’utilise seulement la crème solaire. Et j’oublie souvent les médicaments… Et je n’ai plus de traitements pour l’asthme, ni de pilules contraceptives. De manière générale, je suis dans une démarche « zéro médicaments chimiques » depuis plusieurs mois maintenant.
Je n’ai pas pris de douches pendant 9 jours donc le shampoing, ce n’était pas trop nécessaire. Mais du coup j’ai regretté un petit peu de ne pas avoir quelques lingettes avec moi.
La trousse à pharmacie reste tout de même une trousse très personnelle. J’ai encore du boulot à faire dessus pour l’alléger !

Mon essentiel : le baume à lèvre ! Avec le froid, le chaud, l’altitude, le vent, le soleil… Sans mon baume, je suis fou*** !

⎢MATÉRIEL ÉLECTRONIQUE

  • Mes deux appareils photo : Canon G7X MARK II / Lumix G80
  • Mon téléphone portable + chargeurs
  • Batteries supplémentaires d’appareils photo + chargeurs
  • Kindle
  • GoPro

Pour ce qui est de la GoPro, je ne sais même pas pourquoi je l’ai emporté. Je savais d’avance qu’elle n’allait pas me servir. C’était un « au cas ou » que j’aurais dû enlever de mon sac à Katmandou. (D’ailleurs, à présent, je ne voyage plus avec de GoPro.)
Je me suis très peu servie de mon gros appareil Lumix G80 et je regrette un peu. Je n’ai pas encore trouvé la bonne technique pour l’avoir à portée de main lors d’une randonnée.

Par contre apporter ma Kindle a été sans regret ! Pour se changer les idées avec un bon bouquin lorsque la solitude se fait trop ressentir.

Et ça y est ! C’en est fini pour mon article conseils/équipement/budget pour le trek des 3 hauts cols au Népal. J’espère que je n’ai rien oublié et surtout, j’espère qu’il vous sera utile !
Si vous aussi vous avez fait ce trek, n’hésitez pas à rajouter en commentaire votre avis, votre expérience et puis de manière générale, si vous avez des conseils en plus pour la randonnée, toute idée est la bienvenue !